JÉSUS, LE GARDIEN DE MON COEUR

Hello les amis, comment vous allez ? moi je me porte à merveille ! C’est enfin les vacances pour moi, que souhaiter de mieux après une année scolaire ! Je vous partage une dévotion que j’ai rédigée à l’occasion de la fête dès 60 ans de mon école. J’espère que ça vous fera du bien, j’ai pris plaisir à l’écrire en tout cas. Pour ce qui me connaît le sujet du coeur me parle énormément. Aller je vous laisse lire .. !

« Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie » Proverbes 4 :21-23.

 

Le livre de Proverbes est basé sur la sagesse. De ce fait, nous pouvons définir le cœur comme étant le siège et le support de la sagesse ; il joue un rôle essentiel sur la manière dont l’être humain agit, regarde, se conduit et s’exprime (Proverbes 4 : 24-27). Le cœur  est considéré donc le  « centre » de la vie morale et intellectuelle d’une personne, mais également de la pensée et de la raison (1 Rois 3 :9-12).  C’est par lui  que l’être humain puise sa motivation, sa volonté et ses émotions. En tant que moteur de l’être humain, le cœur est donc le lieu par excellence où nous rencontrons Dieu.

Hélas, depuis la chute d’Adam, l’humanité est sujette à la déchéance et le cœur de l’Homme est en proie à toutes sortes d’imperfections, lesquelles sont exacerbées par les séductions du monde et les tentations de l’esprit du mal. Voilà pourquoi, il est indispensable de prendre soin de notre cœur et ce, quoique cela nous coûte. Tout le reste en dépend, car garder notre cœur, c’est garder notre vie.

Pour ce faire, il est de notre responsabilité de demander à Dieu de sonder nos cœurs (Psaume 139 : 23) sonder notre cœur, mais également d’examiner par nous-mêmes nos motivations et de notre conscience (1 Corinthiens 4 :4 ; 1 Pierre 3 :16). Le cœur est, en effet, porteur de (vraie) vie pour ceux sur qui  le Saint-Esprit a été déversé (Romains 5 : 5).

Comme beaucoup de chrétiens, j’ai parfois connu la tristesse. Celle-ci naît souvent de nos propres imperfections  et, parfois, des « blessures »  intérieures. Le remède à la tristesse est la joie du Seigneur, et c’est l’Esprit de Dieu demeure en nous qui est la source intarissable de la joie divine.

J’encourage les chrétiens à renouveler, chaque jour, leur relation avec le Saint-Esprit, de se laisser remplir par sa personne et de puiser en  Lui la force nécessaire au moment de l’épreuve et de la faiblesse.

Une de  manières sûres par lesquelles nous pouvons savoir que nous arrivons à « garder » nos cœurs est de voir si les  paroles qui sortent de nos bouches deviennent de plus en plus pures (Matthieu 12 ; 34) et si nos yeux deviennent des vases sanctifiés pour le Seigneur (Matthieu 6 :22).

En conclusion, les convoitises qui nous rongent parfois ne mènent nullement au véritable bonheur. Pour paraphraser Saint Augustin, le cœur humain  ne pourra jamais être satisfait par les mauvais désirs et les richesses trompeuses de ce monde, mais par Jésus-Christ seul, le  ressuscité et l’auteur de la vie (1 Corinthiens 15 : 20).

 

UNE PRIÈRE

Prière : Seigneur Jésus, c’est vrai que tu as été à la croix pour mon cœur et pour toute autre chose. Je veux le reconnaitre à présent et apprendre à te faire confiance. Pardonne mon incrédulité et aide-moi à exploiter le remède que tu m’accordes : la joie afin d’avoir une âme en bonne santé (Proverbes 17:22). Car c’est vrai tu ne m’as pas appelé à être triste mais tu m’invites à demeurer constamment dans la joie afin d’être un témoignage vivant de ta parole. Je décide d’être reconnaissant(e)  pour qui je suis et pour ce que j’ai. Je refuse de me plaindre, mais je veux tous les jours me rappeler que tout est grâce et que la vie est un cadeau. Apprends-moi à ne pas envier les  choses de ce monde, mais à me contenter de ta grâce dans ma vie. Je ne veux plus dire « pourquoi eux » mais avec un cœur humble,  je veux demander « pourquoi moi ». Seigneur, enivre-moi d’une onction fraiche d’allégresse afin que j’exulte devant les bontés de Dieu et que je jubile au milieu même de mes combats. Dans le précieux nom de Jésus.  Amen.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *